Valhalla Hotel de Pat Perna et Fabien Bedouel

valhalla_hotel
[Total : 1   Moyenne : 3/5]

Mais de quoi que ça cause

En fait c’est un peu compliqué à expliquer car c’est une histoire qui parle de vikings, ping pong, problèmes mécaniques, bavarois, complotisme, eugénisme et pleins d’autres mots en isme. Et en plus, l’histoire de ce premier tome se tient même à peu près si l’on se demande pas trop si les cochons garous ca existe vraiment.

En 2 mots et sans être un marin qui a besoin de faire des phrases, le récit s’ouvre dans d’une Fiat 500 jaune sur une route paumée du Nouveau Mexique. Nos 2 héros, Lemmy un prodige muet du ping pong et Malone son entraîneur tombent en panne. Tout démarre toujours par une panne et un raccourci que jamais ils ne trouvèrent. Pris en charge par la maréchaussée locale, ils sont pour ainsi dire conduits à Flatstone, charmante bourgade perdue au milieu de nulle part et connue pour sa communauté active de fermiers bavarois. Jusqu’ici c’est plutôt facile à suivre.

Forcé de patienter jusqu’à la fin de leurs ennuis mécaniques, nos deux compères se retrouvent à l’hôtel Valhalla, tenu par des bavarois qui ne font pas que dans la pomme ou la betterave.  Et là les ennuis commencent avec toute une bande de joyeux dégénérés plus barrés les uns que les autres, un mexicain musicien (clin d’œil à “Il faut flinguer Ramirez”), les suprémacistes locaux et les bavarois qui oscillent manifestement entre le lard et le cochon. Bref, le décor semble bien en place pour les feux d’artifice des 2 prochains tomes de la série…

Valhalla-Hotel
Valhalla-Hotel
Valhalla-Hotel

L’avis du gugusse de Montauban

Ca commence comme “Il était une fois dans l’ouest” et ca se termine comme “Marathon Man”, une sorte de synthèse délicate entre le Western Spaghetti et le thriller conspirationniste.

Après des sujets sérieux sur la première et la seconde guerre mondiale, la religion, les auteurs ont eu probablement envie d’un sujet plus léger et quoi de mieux qu’une intrigue policière loufoque à la Tarentino, portée par le succès actuel de l’album “Il faut flinguer Ramirez”. Visuellement c’est très rythmé avec une mise en case particulièrement efficace dans les gunfights et courses poursuites qui émaillent régulièrement les cases de ce premier opus.

Le récit est une bonne tranche de poilade qui ne se prend pas au sérieux. Les dialogues et réparties du héros Malone, une sorte de croisement entre Bernard Blier et Guy Roux sont exceptionnels. On passe franchement un bon moment, même si on ne voit pas du tout si les auteurs ont en tête une forme de logique ou en tout cas une intrigue susceptible de tenir 3 tomes.

A suivre, donc !

Pourquoi vous allez aimer ou pas

Une nouvelle série hilarante avec une galerie de personnages bien barrés, une vraie bouffée de poilade dans la morosité ambiante.

Détails

  • Éditeur : GLENAT
  • Nombre de tomes : 1
  • Parution : Janvier 2021
  • Scénario : Pat PERNA
  • Dessin et couleurs : Fabien BEDOUEL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *