Le port des marins perdus de Teresa RADICE et Stefano TURCONI

le-port-des-marins-perdus
[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Résumé

On l’appelle le port des marins perdus. Il apparaît et disparaît dans la brume, mais il n’est pas donné à tout le monde de le voir. Ceux qui l’ont atteint ne sont jamais revenus pour en parler. Parce que ce n’est pas toi qui choisis d’entrer dans le port, c’est le port qui te choisit…

Ainsi commence le récit du Port des marins perdus. Nous sommes en 1807, à bord du HMS Explorer, bateau de sa très gracieuse majesté Georges III, au large des côtes du Siam. Lors d’une escale sur une ile, le capitaine William Roberts tombe sur un naufragé, le jeune Abel, qui ne se rappelle que de son prénom. Recueilli à bord, Abel se lie d’amitié avec le capitaine qui décide de le ramener en Angleterre tout en l’aidant à essayer de découvrir ses origines. 

Arrivé à Plymouth, William aide son jeune protégé à trouver refuge au sein d’une auberge tenue par 3 muses dont le père le capitaine Stevenson s’est enfui en dérobant un fabuleux trésor espagnol. A partir de ces 2 mystères, Abel va entamer une quête pour essayer de retrouver la mémoire et comprendre ce qui est advenu du trésor dérobé par le capitaine Stevenson. 

Dans ce périple aux quatre coins du monde, Abel va croiser une maison close tenue par une étrange maquerelle, un capitaine amoureux, un assassin, des pirates, un merveilleux violon, un cabinet de curiosités, un port qui n’apparaît que pendant certaines brumes, le cap Horn, de terrifiantes tempêtes et une galerie cocasse de marins et autres vieux loups de mer, le tout sur fond de concerto pour violon. 

le-port-des-marins-perdus

L’avis de BDLIRE

Roman graphique italien sur la marine britannique du 19ème siècle, le port des marins perdus est une aventure exceptionnelle, une merveilleuse invitation au voyage récompensée en 2015 au festival de BD de Lucca en Italie. Conçu comme une œuvre poétique en 4 actes, le récit nous entraîne dans un long voyage maritime sur toutes les mers du globe en compagnie de Léthé fille d’Eris, la déesse grecque de l’oubli.

Le voyage est paisible, mais non dénué de rebondissements, emprunt d’une douce poésie dont les vers, depuis Coleridge jusqu’à William Blake parfument les plus de 300 pages de cette étrange histoire. On est happé dans un récit prenant qui ménage de longs moments de rêverie, accentués par le dessin au crayon fluide et d’une extrême finesse. Chaque case recèle un nombre incroyable de détails, un véritable chef d’œuvre.

Le récit d’aventure relativement classique du héros déchu de l’Olympe à la recherche d’immortalité (quoi que…) repose sur une savoureuse galerie de personnages à la personnalité aussi bien trempée que mystérieuse. Les amateurs de récit maritime savoureront les nombreux dialogues techniques depuis le “petit hunier” jusqu’au célèbre “affalez le perroquet”. Certaines scènes sont un véritable état de grâce visuel. Les auteurs proposent même de parcourir le roman avec la bande son qui les a accompagnés pendant sa réalisation. On y trouve pèle mêle chants de marins, folk punk des Pogues et même un concerto de Mozart.  

C’est simple, passionnant, tragique, drôle, épique, plein surprises et très poétique, bref un formidable moment d’évasion, ce qui est parfait dans le contexte actuel.

Pourquoi vous allez aimer

Parce que cette une très belle histoire, pleine de charme, d’aventure, de poésie, de paysages et de réflexions sur le sens de la vie. Si vous avez aimé Master et Commander de Peter Weir, vous allez adorer cet album. 

A savourer lentement comme une belle croisière autour du monde avec la bande son proposée par les auteurs.

Détails

  • Éditeur : DELCOURT
  • Nombre de tomes : 1
  • Parution : Juin 2016
  • Scénario : Teresa RADICE et Stefano TURCONI 
  • Dessin : Stefano TURCONI
  • Couleurs : Il n’y en a pas, c’est en noir et blanc
  • Lien : Le port des marins perdus
port-des-marins-perdus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *