La bibliomule de Cordoue de Wilfrid Lupano, Léonard Chemineau et Christophe Bouchard

la-bibliomule-de-cordoue

Cordoue 976, la température à laquelle un livre brûle et se consume…également

Ici, rien à voir avec le célèbre roman de Ray Bradbury sur un monde futuriste totalitaire où les livres (et plus généralement la culture) sont perçus comme une source d’insécurité et de désordre et doivent donc être détruits…. quoi que…

Dans la nouvelle aventure picaresque de Wilfrid Lupano et Léonard Chemineau, nous sommes en 976, dans le Califat de Cordoue en Espagne. A cette époque, Cordoue est la plus grande ville d’Europe et possède un immense rayonnement culturel et scientifique. Le calife omeyyade Al Hakam II, qui a très largement contribué à ce développement, décède à 61 ans, laissant un héritier de 10 ans qui ne peut gouverner seul. Profitant de cette opportunité, l’un des vizirs, Amir (Al Mushafi dans la réalité) saisit sa chance et s’empare du pouvoir, aidé par tout ce que le califat compte de forces réactionnaires (ultra religieux, nobles jaloux de pouvoirs attribués au mérite plutôt qu’au patronyme illustre, etc…). En contrepartie de ce soutien, une modeste requête consistant à bruler les 400 000 ouvrages de la bibliothèque de Cordoue est approuvée par le vizir. Dans les faits, son successeur Al Mansur poursuivra plutôt l’expansion culturelle de ses prédécesseurs, mais la n’est pas la question…

La veille du grand feu d’artifice culturel, Tarid, l’eunuque en charge de la bibliothèque charge sa mule d’autant d’ouvrages que possible et décide de traverser toute l’Espagne dans l’espoir de sauver ce qui peut l’être du savoir universel. Accompagné de Lubna, une jeune copiste et de Marwan, son ancien apprenti, l’étrange équipage à la mule facétieuse, entame un savoureux périple, poursuivi par tout ce que l’Espagne compte alors de barbares (et ils sont particulièrement nombreux).

L’avis de BDLIRE

La bibliomule est tout ce qu’un lecteur recherche dans une bande dessinée : une histoire prenante, riche d’émotions, des personnages pittoresques et attachants et un dessin coloré, d’une grande finesse qui nous transporte facilement aux 10ème siècle en Espagne.

Le dessin de Léonard Chemineau est assez différent de ses ouvrages précédents avec un trait plus simple, à la limite de la ligne claire pour les principaux protagonistes, au service d’une grande vivacité des cases. Après tout il s’agit d’un « mule movie » comme le dit Wilfrid Lupano en interview, il faut que l’on sente le mouvement. Les personnages ont beaucoup d’expressions faciales et corporelles à chaque fois qu’ils se disputent où qu’il leur arrive des péripéties. Les couleurs sont lumineuses, gorgées de soleil dans cette Espagne omeyyade du 10ème siècle.

L’histoire fait volontairement écho à l’actualité, mais également à de nombreux moments de l’histoire (maccarthysme d’après guerre) où la culture, la connaissance n’étaient plus jugés indispensables ou devait se conformer à un politiquement correct. Comme le dit justement Orelsan dans son dernier opus, l‘intelligence fait moins vendre que la polémique. Mais l’album défend également le fait que la culture est…multiculturelle, qu’aucune culture ne peut se revendiquer comme supérieure. Dans une période où l’on pense curieusement que la culture de l’autre n’est pas un apport au bien commun, mais plutôt quelque chose à bannir, la bibliomule est un ouvrage rafraichissant et à mettre entre toutes les mains.

Poursuivant un propos entamé avec l’album blanc autour, Wilfrid Lupano nous interroge un fois de plus sur la différence entre les cultures et le rôle important de la diffusion du savoir.

 

La-Bibliomule-de-Cordoue
la-bibliomule-de-cordoue

Pourquoi vous allez aimer ou pas

Parce que tout ce que touche Wilfrid LUPANO se transforme en conte merveilleux qui nous fait rire, voyager, rêver et s’interroger sur notre époque. La bibliomule est une fable savoureuse sur la place de la culture et du savoir dans un monde de barbares, qu’ils viennent de tous les horizons et sur l’importance de tous ceux qui contribuent modestement à les transmettre à travers les époques….

Comme disait André Malraux, la culture est ce qui fait de l’homme autre chose qu’un accident de la nature.

Détails

  • Éditeur : DARGAUD
  • Nombre de tomes : 1 /1
  • Parution : novembre 2021
  • Scénario : Wilfrid LUPANO
  • Dessins : Léonard CHEMINEAU
  • Couleurs : Christophe BOUCHARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.