« Le choix du chômage » de Benoit Collombat et Damien Cuvillier

Le-choix-du-chomage

Hors libéralisme point de salut !

Un album dense et pas uniquement par son nombre de pages, qui raconte plus de 60 ans d’histoire économique et sociale de la France et de l’Europe d’après guerre.

Le sujet est ardu. Raconter de manière didactique et illustrée des concepts comme l’ordo libéralisme, les accords de Bretton Woods et la création du FMI, les mécanismes de l’inflation et leur impact sur l’emploi et la compétitivité économique, n’est pas chose aisée.

L’album défend la thèse que l’Europe n’aurait pas pu se construire et la France n’aurait pas pu se reconstruire et se réformer sans le choix assumé d’une politique de chômage de masse et ce par tous les dirigeants français depuis la libération.

L’enquête est très documentée (trop peut-être) avec une galerie impressionnante des dirigeants politiques et de conseillers comme Robert Marjolin ou Tommaso Padoa Schioppa, personnages clés dans la construction de l’Euro et la Banque centrale Européenne par exemple. 

le-choix-du-chomage

L’avis de Bdlire

Il faut saluer l’immense travail d’enquête réalisé par les auteurs. On sent qu’ils ont passé leurs journées à interroger les principaux dirigeants économiques de l’après guerre encore en vie et leurs nuits à éplucher les rapports macro-économiques français et européens. Ce travail de titan est parfaitement visible dans la bande dessinée.

La thèse présentée est passionnante, à savoir que les dirigeants français ont toujours su que la conversion progressive à l’économie de marché aurait un impact très négatif sur le chômage en France et ce depuis le début. Finalement, le fameux

« Contre le chômage, on a tout essayé »

de François Mitterrand prononcé en 1993 est assez éloigné de ce que les hommes politiques au pouvoir croyaient réellement depuis 1945. Un chômage de masse contribuait à mettre les salariés en situation d’avoir peur de se retrouver sans emploi permettant de modérer toute revendication salariale au patronat, synonyme de baisse de compétitivité pour eux.

C’est la mise en case de l’album qui nous a posé le plus de problèmes. La matière de l’album est composé essentiellement de rapports économiques et d’entretiens en face à face avec un personnage historique. Il faut admettre que c’est une matière particulièrement compliquée à mettre en case et en image. Et on sent bien que Damien Cuvillier a du pas mal galérer pour trouver des astuces de mise en scène permettant de rendre le sujet vivant. Le parti pris a été de multiplier les styles pour présenter un schéma, un dessin de l’entretien, une séquence cartoon, un changement de structure des cases, un bâtiment célèbre, une photo historique redessinée, etc… Cela se fait au détriment de la fluidité de lecture. C’est vraiment le seul reproche que l’on peut faire à l’album. Le sujet est compliqué avec une mosaïque impressionnante de personnages inconnus et la mise en scène contribue peu à le simplifier et le clarifier. Du coup, sans prendre de notes, pas facile de s’y retrouver.

Pourquoi vous allez aimer ou pas

Parce que c’est une excellente histoire économique de la France et de l’Europe de l’après guerre à nos jours, une histoire qui raconte comment à la fin de la seconde guerre mondiale, les pays occidentaux, sous l’impulsion des Etats-Unis se sont progressivement convertis à l’économie libérale.

Détails

  • Éditeur : Futuropolis
  • Nombre de tomes : 1
  • Parution : Mars 2021
  • Scénario : Benoit COLLOMBAT
  • Dessin : Damien CUVILLIER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.