Rouges Estampes de Jean Louis Robert, Carole Trébor et Nicola Gobbi

rouges-estampes

Jack l’éventreur in Paris

L’histoire, la grande, est chaotique, révolutionnaire, pleine de bruit et de fureur. Paris, mars 1871, les habitants ont pris les armes, d’abord contre les prussiens qui ont envahi la France à l’automne précédent et puis contre le gouvernement de Thiers qui a signé la capitulation honteuse. C’est l’heure de la Commune, de la révolution pour les parisiens qui rêvent de mettre en place la première République socialiste. 

Au milieu de cette guerre civile qui débute, le héros de l’histoire, Raoul Avoir, un artiste graveur qui s’est engagé dans la garde nationale pour défendre Paris, se retrouve nommé commissaire du XIVeme arrondissement. A ce titre, il hérite d’une victime, puis rapidement d’une série d’autres, assassinées de manière particulièrement atroce. L’enquête peut commencer. Mais Raoul se retrouve rapidement dépassé par les évènements au fur et à mesure où la capitale bascule dans la guerre civile faisant face avec de plus en plus de difficultés aux coups de boutoir de l’armée versaillaise.

Une course contre la montre haletante s’engage entre le commissaire Avoir et son mystérieux assassin.

rouges-estampes
rouges-estampes

L’avis de Bdlire

Gros, gros coup de cœur, que cet ovni mêlant habilement les genres historiques, tueurensérieques et même artistiques avec la découverte en France du Japonisme, des estampes, grande source d’inspiration des impressionnistes. 

Le dessin tout d’abord. L’album est en noir et blanc avec quelques pointes de rouge (après tout, nous sommes dans un crime) entièrement crayonné par le très talentueux Nicola Gobbi. Le trait, d’une très grande finesse, notamment dans la reconstitution des bâtiments parisiens, évoque de vieilles photographies ou dessins du siècle dernier, totalement adapté à l’ambiance et à l’époque. L’irruption du rouge sur certaines cases est étonnante, évoquant alternativement le sang des victimes, les émotions, un détail vestimentaire des uniformes ou la teinte de la révolution des communards. Il permet également casser le rythme visuel de l’album tandis que la mise en case reste elle plutôt très sobre.

Très documentée, l’histoire est passionnante, notamment sur le quotidien des parisiens qui rêvent de créer une société plus juste et plus égalitaire (les affrontements y sont très peu évoqués). Elle permet d’apporter une lumière différente sur le récit de la Commune apprise à l’école. On s’y intéresse d’autant plus qu’on est plongé dans cette enquête palpitante aux airs de Jack l’éventreur dans le quartier de Denfert Rochereau, haut lieu de débauches et de voleries.

C’est rythmé, tout en tension tragique des évènements. Il est impossible de lâcher ce très bel album avant son dénouement final.

Pourquoi vous allez aimer ou pas

Une époque tourmentée remarquablement documentée, des meurtres à la mise en scène aussi esthétique que macabre, un peintre promu commissaire au milieu du chaos qui manque désespérément de moyens et de temps et un dessin magnifiquement épuré, bref tous les ingrédients d’un grand album.

Détails

  • Éditeur : Steinkis
  • Nombre de tomes : 1
  • Parution : Mars 2021
  • Scénario : Jean Louis ROBERT et Carole TREBOR
  • Dessin : Nicola GOBBI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.