Olive tome 1 de Vero Cazot et Lucy Mazel

olive_bd_tome1
[Total : 1   Moyenne : 3/5]

Résumé

Premier tome d’une quadrilogie, longue introduction sur Olive, jeune fille de 17 ans, très très très introvertie avec une vie intérieure très intense. L’album alterne entre le monde onirique d’Olive, coloré, riche, peuplé de créatures imaginaires douces (ici point de bataille, de super héros, de dragon ou de zombie, nous sommes dans les rêves d’une jeune fille dessinée par 2 auteures féminins) et la réalité d’un internat d’étudiante. Solitaire, à l’aise uniquement dans le silence, le quotidien et le monde imaginaire d’Olive sont bouleversés par l’arrivée de Charlie, une fille très extravertie qui s’installe dans la même chambre d’étudiant.

olive_bd_tome1

Cette apparition perturbe aussi bien le monde réel que le monde imaginaire, notamment avec l’arrivée d’un garçon spationaute dont Olive n’arrive pas à expliquer la présence dans ses rêves.

Mon avis

Ce premier album est une longue présentation de l’univers et des personnages du quotidien d’Olive, Charlie sa colocataire, les autres lycéens, sa mère, ses professeurs, son psy, mais également toute la ménagerie de son monde imaginaire. Il aborde le thème de la différence et de la construction de la personnalité lorsqu’elle est très introvertie. De ce point de vue c’est particulièrement réussi, avec une grande sensibilité, les auteures décrivent toute la difficulté de l’héroïne à communiquer ou à exprimer des émotions.

L’entourage d’Olive la considère comme bizarre, même un peu folle, sentiment accentué par les rencontres avec son psychiatre. Pour autant son univers intérieur est riche, dense, coloré, interactif et très surprenant.

olive_bd_tome1

Visuellement, on en prend pleins les yeux, avec une grande dynamique dans la mise en case (cases horizontales, verticales, gros plans, plans larges) qui induisent un mouvement de va et vient de l’oeil, comme si on alternait en permanence entre les différentes réalités d’Olive. La palette de couleur est une d’une grande richesse aussi bien dans le monde onirique le monde réel, on évite le stéréotype de l’univers imaginaire coloré et celui de la réalité très très grise, un peu classique.

Les personnages et l’univers sont bien posés, il manque juste une intrigue un peu plus développée qui ne se révèle que dans les toutes dernières pages. C’est de bonne guerre pour avoir envie de lire la suite, mais on reste tellement sur sa fin qu’on peut finir par oublier cette série.

Pourquoi vous allez aimer

Pour un thème finalement peu traité dans la bande dessinnée, celui de l’introspection, limite autisme, pour la qualité des dessins et des couleurs et pour un personnage vraiment attachant.

Détails

  • Éditeur : DUPUIS
  • Nombre de tomes : 1/4
  • Parution : Mars 2020
  • Scénario : Vero CAZOT
  • Dessin : Lucy MAZEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *