L’orphelin de Perdide

[Total : 1   Moyenne : 4/5]

Résumé

A côté de Perdide, Tatooine ou Dagobah passeraient pour des lieux de villégiatures cinq étoiles. C’est là pourtant que grandit Claudi, un bambin de quatre ans qui se retrouvent brutalement coupé de sa famille,  seul au milieu d’une faune et flore hostiles, et doté  uniquement d’une sorte de radio pour communiquer avec un ami de ses parents. Ce dernier a dû quitter précipitamment la planète à bord de son vaisseau et va dès lors chercher à y retourner pour sauver l’enfant, malgré les nombreuses embûches qui vont se dresser sur son chemin.

Hautière et Adrian réussissent une jolie adaptation du roman de Stefan Wul (1958), qui nous tient en haleine sur les deux albums. A la fois quête et course contre la montre, le diptyque ne révolutionne pas le genre, mais il nous réserve une agréable session de lecture, le découpage du scénario étant efficace et le dessin dynamique et bien adaptés.

 

Comme tous les romans de Wul, on y entre facilement, la trame est claire, intrigante, mais la fin pêche un peu. Hautière et Adrian s’en sortent cependant bien, notamment pour retarder au plus tard la révélation du fond de l’histoire qui a pourtant fait l’objet de nombreuses variations depuis les années 50.

J’aime le parti pris de varier des temps d’explication avec des temps d’action, surtout dans le premier tome, en osant notamment des pages entières sans phylactère (voir notamment les 4 dernières pages du tome 1 et leurs dominantes de couleur).

Résultat de recherche d'images pour "orphelin de perdide"

Pourquoi vous aimerez

Parce que vous allumez tous les ans un cierge à Lourdes pour Comix Buro afin de les remercier le leurs adaptations de l’univers de Stefan Wul (Niourk par Vatine, Pièges sur Zarkass, Oms en série).

Parce que vous êtes nostalgiques d’Aquablue, que vous aimez Sillage et que vous dévorez Orbital.

Parce que vous appréciez les récits efficaces, les dessins mélangeant réalisme et style dessin animé, les couleurs éclatantes.

Parce que, gamin, vous avez adoré le dessin animé « Les maîtres du temps » de Laloux, dessins de Moebius, une adaptation du même roman.

 

Pourquoi vous n’aimeriez pas

Parce que vous pensez toujours qu’Asimov est un compositeur russe et Van Vogt un peintre batave.

Parce que vous êtes allergiques aux dessins entre mangas et dessins animés, un peu anguleux et pleins de couleurs vives à la palette graphique.

Parce que vous êtes allergiques aux cases (voire aux pages) sans le moindre phylactère.

 

Quand c’est-y que je lis cette jolie BD ?

Personnellement, il y q des BD que je ne peux lire que si je suis en forme, ou, au contraire pour me remonter le moral. Et j’apprécie bien plus certains récits lorsqu’il fait beau ou qu’il pleut…

Ici, ca marche par tous les temps, donc n’hésitez ni devant une pluie battante qui frappe vos vitres, ni sur la terrasse sous un soleil de plomb.

 

C’est dans le Top… du mois / de l’année

Mois de sortie : Tome 1 Septembre 2018.

TOP Mensuel : Top1 = NON ; Top 3 = NON ; Top 10 = OUI.

TOP 2018 :  Top10 = NON ; Top 30 = NON ; Top 100 = OUI.

Mois de sortie : Tome 2 Janvier 2019.

TOP Mensuel : Top1 = NON ; Top 3 = NON ; Top 10 = OUI.

 

Quelques conseils d’autres lectures

En BD : Niourk, Alim le tanneur, Chronosquad et, si vous ne l’avez jamais lu, Le Garage hermétique.

En livre : Children of time, Seul sur Mars, L’homme dans le labyrinthe, Fondation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *