Les plans en bande dessinée

La bande dessinée est une succession de cases. Chaque case représente une scène avec des décors, des objets et des personnages, l’ensemble des scènes constituant l’histoire de l’album. Chaque scène est représentée tantôt de près et tantôt de loin. C’est ce qu’on appelle un plan de scène. La variété des représentations permet d’éviter la monotonie mais surtout, chaque plan sert à mettre en relief de manière expressive un paysage, une action, une intensité dramatique d’un personnage ou même un détail. L’enchaînement des plans induit également un continuum dynamique pour faire comprendre et ressentir l’histoire au lecteur. Chaque type de plan permet de jouer sur un élément dramatique particulier.

La notion de plan vient du cinéma qui lui même a emprunté le découpage en cases à la bande dessinée au sein d’un story-board pour préparer les prises de vue réelles. Les plans sont découpés en 4 types correspondant à la position plus ou moins rapprochée de l’observateur :

  • Le plan large qui présente la situation générale et qui sert généralement de plan d’introduction.
  • Le plan moyen qui présente souvent un personnage ou un dialogue entre des personnages.
  • Le plan rapproché qui attire l’attention sur une expression de personnage.
  • Le gros plan pour présenter un détail particulier.

Le plan large

Le plan large ou plan général ou plan d’ensemble comme son nom l’indique, montre l’ensemble d’un décor où va se dérouler les actions des personnages. L’observateur est placé le plus loin de l’action. Il a un objectif descriptif de l’environnement. Le plan large fournit une information sur le lieu et le temps (moment de la journée et climat).

Il peut servir à présenter ce que voit le personnage face à lui,

Le loup de ROCHETTE

montrer un personnage perdu dans une immensité,

Mesa rouge de MOEBIUS

ou encore une menace effrayante pour le personnage principal.

Les personnages ou les objets à taille humaine sont réduits à des silhouettes. Le plan large est souvent le plan d’introduction d’une scène.

Plan large démarrant un dialogue entre 2 protagonistes (les aventures de Blueberry de Charlier et Giraud) 

Dans les types de plans larges, le terme de plan d’ensemble est utilisé lorsque le plan large est centré sur l’ensemble des personnages pour les isoler du décor.

Le plan moyen

Le plan moyen (plan de pied, plan américain, plan de 3/4) sert à montrer l’action. Le décor s’efface aux profit des personnages ou objets en mouvement. Le cadrage se fait des pieds à la tête ou bien, dans le cas du plan américain de la tête à mi-cuisse.

Plan moyen (Tintin au Tibet de Hergé)

On appelle également le plan américain, le plan de 3/4 (photographie). Comme son nom l’indique, son nom vient des films américains. Il permet en particulier de montrer le pistolet d’un cow-boy dans un western.

Plan américain (Tintin, Coke en stock de Hergé) 

On peut utiliser plusieurs angles de vue pour dessiner un plan moyen, mais le plus fréquent positionne l’horizon au niveau des yeux du personnage. Le plan moyen est le plan le plus utilisé en bande dessinée pour décrire une action et montrer ce que fait le personnage ou les mouvements de son corps. C’est le plan du jeu des personnage. Le décor devient secondaire.

Le plan rapproché

Classiquement, on distingue 2 sous-catégories de plan rapproché :

  • Le plan taille qui comme son nom l’indique cadre un personnage de la tête à la taille.
  • Le plan poitrine ou buste qui cadre la tête, les épaules et le buste.

Le plan rapproché sert à voir les expressions du visage d’un ou 2 personnages. Le lecteur est un interlocuteur intime des personnages. Le plan rapproché met en avant ce que dit le personnage, ses sentiments, ses émotions. Le plan rapproché taille permet de voir une partie du corps pour comprendre la communication non verbale du personnage, alors que le plan rapproché buste ne s’intéresse qu’aux émotions du visage.

Plan rapproché (Capitaine Haddock de Hergé) 

L’angle de vue souvent utilisé est celui d’un témoin qui pourrait communiquer avec le personnage.

Le gros plan et le très gros plan

Comme pour le plan rapproché, on distingue 2 sous-catégories :

  • Le gros plan du visage jusqu’au cou.
  • Le très gros plan (ou plan serré) sur un détail corporel ou un objet du décor.

Le gros plan est celui des émotions. le gros plan de visage est cadré très près du personnage. Il dévoile un sentiment (colère, rire, tristesse, surprise ou encore la peur) qui provoque un attachement ou un rejet de la part du lecteur. Le gros plan est souvent utilisé de manière isolée dans une case entre 2 plans d’un autre type. Il donne de l’intensité en attirant l’attention sur un élément clé pour la compréhension de l’intrigue. Le gros plan est un plan artificiel contrairement aux autres. Dans la vie, on ne visualise pratiquement jamais une situation en plan serré. Nous sommes toujours à une distance de plan large, moyen ou rapproché d’une scène. Il est fait pour créer une intimité avec la scène en cours.

Gros plan (Killing Joke de Alan Moore

Pour un gros plan d’objet, on utilise plutôt le terme de plan serré.

 

En dehors du choix des plans, le format de la case a également son importance. Même si le format rectangulaire ou carré est le format le plus courant, les dessinateurs utilisent également des cases avec un format horizontal très large pour donner une impression panoramique ou un format très vertical pour présenter des éléments comme des rues étroites, de grandes tours ou des géants par exemple.

Dans tous les cas, seule l’imagination est la limite de ce que l’on peut mettre en scène dans une case.

Pour aller plus loin, quelques articles intéressants sur les valeurs de plans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *